Les cursus adaptés à la profession d’antiquaire

la profession d’antiquaire

Dans bien des cas, le métier d’antiquaire est avant tout une histoire de famille. Très souvent, on constate que pour les grands antiquaires, c’est  un métier qui se transmet sous forme de tradition de génération en génération. Actuellement on peut accéder à la profession en s’inscrivant dans un cursus valorisant.

L’antiquaire est un spécialiste des antiquités qui est sans cesse à l’affût d’œuvres d’art, de pièces rares et uniques. La profession exige des recherches constantes, des déplacements chez des particuliers, dans des musées ou dans des ventes publiques. L’antiquaire doit vérifier l’authenticité, l’origine et le style des objets. Il doit toujours être capable de renseigner ses clients de façon détaillée sur les véritables caractéristiques de ces antiquités, leurs origines…Très souvent, l’antiquaire se spécialise dans une époque ou dans un domaine précis. Certains antiquaires possèdent un atelier où ils restaurent et remettent en état leurs acquisitions avant de les mettre en vente. La profession d’antiquaire exige un certain nombre de compétences indispensables à la réussite dans ce secteur d’activité comme une excellente connaissance du marché de l’art, une formation approfondie en histoire de l’art, des notions en commerce et gestion, la maîtrise d’au moins une langue étrangère ainsi qu’une
curiosité innée, le sens relationnel et beaucoup d’attention. Bien qu’aucun diplôme ne soit exigé pour exercer cette profession, il est fortement conseillé de suivre des études approfondies en histoire de l’art. Les licences en histoire de l’Art ou la licence professionnelle Commerce, option Commerce de l’art et des antiquités et le master 2 Recherche Histoire de l’Art sont des formations envisageables. Même s’il n’y a pas de licence antiquaire, il y  un autre diplôme officialisant ce poste. L’université de Marne-La-Vallée propose une année de spécialisation (Master Pro en un an) dans la marchandisation de l’art. En début de carrière, il est conseillé de commencer à travailler comme vendeur chez un brocanteur afin d’acquérir de l’expérience et constituer un bagage culturel qui permettra à l’antiquaire débutant d’ouvrir sa propre boutique. Il faut savoir qu’en France, le marché de la vente d’objets antiques connait une baisse et de nombreux  antiquaires doivent de plus en plus se tourner vers une clientèle étrangère. Ce qui est certain, c est que le métier d’antiquaire ne s’improvise pas, il se cultive avant tout autour d’une passion, celle de l’histoire de l’art. En effet, pour faire de bons achats et dénicher de bonnes affaires, une solide culture sera indispensable.