Les musées européens les plus étranges

L’Atelier rose : le célèbre tableau, première peinture d’Henri Matisse.
octobre 2, 2020
Comment faire de l’artisanat et vendre sur Internet ?
octobre 2, 2020

Depuis l’origine des musées, on a pu observer des collections de tous types, peintures, sculptures, voitures, structures, objets anciens, etc. Aujourd’hui, on vous présente une série de musées qui attirent beaucoup d’attention, non pas parce qu’ils contiennent des œuvres d’art elles-mêmes. Plutôt pour montrer une série d’objets des plus étranges. Des musées dont on a du mal à croire l’existence et qui sont également visités par de nombreux touristes.

Le Musée du mauvais art

Sans aucun doute la preuve que l’art est totalement subjectif. Il est situé à Boston dans ses salles d’exposition. Les visiteurs y trouveront une grande variété d’œuvres, toutes considérées comme des échantillons de mauvais art. La collection comprend des portraits de personnes et d’animaux, des paysages ou encore une section « Peuple Bule », inspirée de la période bleue de Picasso. Si vous pensez que vous avez peu de talent pour les arts picturaux, vous pouvez faire un tour dans cette collection pour voir que vous n’êtes peut-être pas si mauvais. Et si vous pensez toujours que vous êtes le meilleur des mauvais artistes, le musée sera heureux de recevoir une donation de votre part. L’amour est limité, et dans le prochain musée, cela devient de l’art. Le Musée des relations brisées de Zagreb, en Croatie, présente des objets qui proviennent du cœur des relations brisées. « C’est laid, c’est mauvais, c’est de l’art ». L’art, c’est beau. Enfin, presque tout le temps. Car au Museum du mauvais art de Boston, vous pourrez voir ce qui se fait de pire en matière artistique, plus de 500 œuvres tellement mauvaises qu’elles ne peuvent être exposées ailleurs. Voilà plus de 20 ans que le musée existe et il est même devenu un lieu de visite incontournable près de la ville de Boston.

Musée des relations brisées en Croatie

Elle a commencé comme une exposition itinérante, mais la vérité est que les gens, en découvrant l’idée, ont été encouragés à envoyer beaucoup de leurs souvenirs, ceux qui étaient trop douloureux, et la collection a considérablement augmenté. Il a donc été décidé de créer un musée dont le siège physique est très visité et qui a même été récompensé comme le musée le plus innovant d’Europe. Comme, tout peut être une pièce de collection. Les cheveux aussi. Ainsi, on trouve l’un des musées les plus rares au monde, le Musée du cheveu, situé en Turquie, plus précisément dans la ville d’Avanos, en Cappadoce. Le contenu du musée rassemble des objets sentimentaux et des témoignages d’amoureux déçus. Les collections proviennent principalement des dons faits par un des conjoints. Il n’y a donc pas d’intérêt historique ou culturel majeur. Par contre, le musée incite à la réflexion et vous force à porter un regard sur les relations humaines et les nombreuses histoires qui entourent les objets montrent à quel point les événements et le contexte culturel, politique et social jouent un rôle important dans la vie amoureuses et la survie des couples.

Musée du cheveu en Turquie

De ce musée, on peut dire qu’il possède plus de 16 000 mèches de cheveux de femmes du monde entier, ce qui lui a valu un record du monde Guinness. Le plus curieux, s’il y a quelque chose qui peut ressortir après avoir su que ce sont des cheveux qui sont collectés ici, c’est que ces femmes sont complètement identifiées, avec des noms et des prénoms. Comment le propriétaire de cette collection a-t-il obtenu toutes ces touffes ? Chez Galip, propriétaire d’un atelier de céramique, a commencé cette collection il y a 30 ans, lorsqu’un ami a quitté la ville et lui a laissé une mèche de cheveux en souvenir d’elle. Accroché dans son atelier, il a attiré l’attention des touristes qui, après avoir entendu l’histoire, ont laissé leurs serrures avec leurs coordonnées. Une collection qui s’enrichit encore aujourd’hui. Si avec le musée du cheveu, vous pensiez avoir tout vu, ne chantez pas la victoire, pouvez-vous imaginer un musée qui devienne une ode complète au cafard ? Eh bien, elle existe. Elle est située à Phoenix, en Arizona, bien que la collection ait été créée à Plano, au Texas, par l’exterminateur de parasites Michael Bodhan. Cet homme, dans les années 80, a commencé à déguiser les cafards qu’il exterminait en célébrités. Dans son désir d’obtenir un bon casting d’acteurs et de personnalités importantes, l’homme s’est mis à la recherche des plus gros cafards du pays, en créant le Musée des Cafards. Des cafards déguisés en statue de la liberté, Elvis, Marilyn ou encore le cafard du Père Noël. Elle possède également une zone d’exposition de ces animaux vivants, et vous pouvez y voir des espèces du monde entier. Enfin, vous pouvez introduire dans cette liste de musées rares le Musée de la nourriture brûlée, incroyable mais vrai. Il est situé dans le Massachusetts, aux États-Unis, et il s’agit d’une exposition privée complète de nourriture brûlée. Vous avez trouvé des toasts, chose assez courante dans la vie quotidienne des aliments brûlés, mais aussi des fruits et légumes et même des appareils carbonisés. Cette étrange idée est venue à un artiste américain qui avait déjà improvisé de l’art avec de la nourriture brûlée. Ses œuvres se trouvent maintenant dans ce musée. Bien qu’à première vue, cela ne ressemble qu’à de la nourriture brûlée, au Musée de la nourriture brûlée, cette nourriture fait partie de l’œuvre d’art.

Le Musée de la Frite en Belgique

Le musée de la frite est un musée se trouvant à Bruges en Belgique en province de Flandre-Occidentale, dans la Saaihalle. Il s’agit d’un bâtiment du XIVe siècle, le plus ancien de Bruges, ancienne « Loge génoise » dans lequel était installée la représentation de Gênes à Bruges. Ouvert en mai 2008, ce musée se targue d’être le seul au monde consacré à l’histoire de la pomme de terre et de la frite1. Il contient notamment une collection de machines qui ont été utilisées pour la récolte, les traitements, le tri et la cuisson des pommes de terre. Le musée montre aussi la place de la frite belge dans la culture (art, musique, cinéma, bande dessinée). Ce musée, le Frietmuseum en flamand est dédié aux célébrissimes bâtonnets de pomme de terre ne pouvait avoir sa place qu’en Belgique. Ce n’est pas dans la capitale du pays que l’on peut tout apprendre de la frite, mais à Bruges. Surnommée « La Petite Venise du nord » la ville flamande est connue pour ses canaux et son Beffroi. Depuis 10 ans, elle l’est aussi pour son Musée de la Frite. De l’extérieur, il est difficile d’imaginer que le joli bâtiment du XIVe siècle, le plus ancien de la ville, et renferme un musée dédié à ce féculent. Ce lieu assure être le seul et unique à se consacrer à l’histoire de la pomme de terre et de la frite. Si son nom prête à sourire, il se veut pourtant didactique et expose des machines utilisées pour la récolte des pommes de terre, leur traitement, leur tri et leur cuisson. Mais on peut aussi y découvrir quelle place tient la frite dans la culture populaire, de la BD, en passant par le cinéma ou la musique. A la fin du parcours, le musée propose de déguster des frites préparées sur place. Car, finalement, rien de tel qu’une dégustation pour apprécier la frite belge à sa juste valeur.

Le Musée des Momies au Mexique

Et plutôt que de toutes les mettre en vitrine, ils ont eu la super bonne idée d’en caler dans des couloirs faute de place. Ce qui fait que vous devez passer entre deux rangs de momies, adossées aux murs, prêtes à vous attraper les cheveux pour aspirer votre âme par vos narines en racontant des trucs bizarres sur des prophéties chelou. Elles sont quand même dans des vitrines, mais c’est vachement moins drôle. Momies sont réels à savoir, les momies ne sont pas seulement des produits de films d’horreur et mystérieux anciens rites funéraires. Vous pouvez voir de véritables momies de très proche passé à Guanajuato, Mexique Museo de Momies. La momie était au-dessus d’une mère, et la petite maman à côté d’elle était son enfant à naître. Finalement, la ville de Guanajuato a commencé à afficher officiellement des momies dans un bâtiment près du cimetière, saluant le fait que les gens possèdent une curiosité naturelle de ce que quelqu’un ressemble à qui est mort depuis un siècle. (Et le peuple du Mexique ont une relation très différente avec la mort et les défunts que ne le font leurs voisins du Nord – les morts sont très vénérée, mais ne craint pas.) Les momies étaient apparemment stockées contre les murs et se penchèrent çà et là Skelter un peu Helter.